Article – Traduire l’intraduisible

Traduire l’intraduisible

 

Dans la langue française, le synonyme parfait n’existe pas. En effet, à quoi bon inventer deux mots complètement identiques ? Deux termes auxquels on attribue un même sens exact affichent généralement des origines étymologiques différentes liées à une culture et une histoire spécifiques. En traduction, les choses se compliquent davantage.

Pour les professionnels du métier, la traduction est un art qui n’est souvent pas apprécié à sa juste valeur. Via une gymnastique linguistique, le traducteur montre la manière dont les mots appartiennent les uns aux autres et s’inscrivent dans un contexte spécifique de la condition humaine. Et si la langue de Molière est plutôt riche, certains concepts sont pratiquement intraduisibles.

On estime que la langue française contient 32 000 mots. Les dictionnaires les plus complets en répertorient 90 000. Pourtant, outre-Manche, dans la contrée de Shakespeare, les dictionnaires atteignent 200 000 termes.

Traducteur : un spécialiste culturel

Lorsqu’un terme ne peut être traduit, le spécialiste puise dans ses connaissances culturelles et révèle l’étendue de son savoir. Le mot en question capture souvent une idée culturelle précise dans une région particulière à une époque spécifique. Ce terme reflète une vision du monde et de l’homme inconnue sur un autre territoire.

Le traducteur va donc au-delà du dictionnaire et se positionne davantage en expert de la culture liée à la langue source. C’est la raison pour laquelle la traduction peut parfois faire appel à des paraphrases ou des notes de bas de page afin d’expliquer clairement le sens d’un mot. C’est aussi la raison pour laquelle la traduction automatique, aussi performante puisse-t-elle devenir, a peu de chance d’égaler le recul d’un traducteur.

Quelques exemples de termes intraduisibles

A l’heure actuelle, nous comptons près de 8 000 langues différentes. Chacune d’entre elles est liée à une histoire avec sa propre vision du monde. Chacune a vu naître des mots difficilement traduisibles.

En voici quelques exemples :

  • Tartle: terme écossais désignant un moment de gêne lorsqu’une personne souhaitant présenter une autre à un tiers a momentanément oublié son nom.
  • Jayus: terme indonésien indiquant une situation bien précise dans laquelle on ne peut s’empêcher de rire à l’écoute d’une blague pas drôle et mal racontée.
  • Iktsuarpok: terme inuit désignant une intuition bien particulière : le sentiment que quelqu’un est sur le point d’arriver chez soi pour une visite.
  • Sobremesa: terme espagnol désignant les conversations tenues à table suivant le repas de la pause déjeuner.
  • Hyggelig: terme danois rassemblant à lui seul les définitions de plusieurs adjectifs : attentionné, aimable, sûr, douillet

Contactez-nous !

Contactez-nous pour en savoir plus sur notre fonctionnement et nos prestations.